Les tapis du Maroc

Même s'ils ne volent pas, les tapis marocains attirent et fascinent , et nous font tout autant partir en voyage. Chaque région marocaine, chaque tribu, berbère ou arabe, et souvent chaque famille confectionnent des tapis avec des caractéristiques propres, de taille, de couleurs, de matières, de motifs... Tradition populaire du Maroc, la confection de tapis n'utilise pourtant que les meilleurs matériaux, investit du temps et de l'argent, ce qui justifie le coût élevé des oeuvres de ceux et surtout celles qu'il faut bien appeller artistes.

Les tapis les plus luxueux proviennent de la ville de Rabat, et imitent le style persan, et au delà, arabo-andaloux. Les tapis inspirés des traditions berbères, souvent appelés kilims, sont plus originaux, tirant leur inspiration d'une tradition multiséculaire.

 

Même si désormais la plupart des tapis vendus au Maroc ou à l'étranger sont fabriqués dans des ateliers et des coopératives, la confection de tapis est avant tout un art familial, qui se transmet de mère en fille, ou de belle mère en bru. Noués ou tissés, les tapis sont très populaires et proviennent d'un peu partout. Chaqu'un est unique et original, par son mode de fabrication autant que par la signification des motifs qu'ils présente.

Le terme arabe zarabia (tapis), ou sa forme berbérisée tazerbyt, signifie "parterre fleuri" ou encore "ce qui est tendu au sol et sur lequel on prend appui". Au Maroc, on emploie également le mot qtifa, de même origine, qui désigne les tapis de haute laine, tissés généralement dans les régions de haute altitude chez les Marmoucha et les Aït Ouaouzguite.